08/10/2005

 


 


 



Pour que tu les entendes...
 
Mes mots, je les regarde plus que je ne les entends,
je les vois s'éloigner parfois très loin de moi,
s'estomper puis disparaître,
ils ne m'appartiennent plus,
me laissant désemparée, fâce au vide...
Mes mots parfois se jouent de moi et me trahissent,
dénudent, ce que je voudrais garder secret,
prennent la couleur de mes pensées et émotions...
et fuient ma volonté;
Mes mots, je les sens d'autres fois
tels des lianes, m'envahir, se reserrer autour de moi,
ne me laissant d'autre choix que de m'en débarasser au plus vite,
puis regretter ce fol empressement; 
Mes mots me libèrent et m'emprisonnent à la fois,
Ils sont amis et ennemis...
Ils me sauvent et me perdent...
Pourtant, ils emplissent jusqu'à mon repair le plus profond
et sont les mystérieux échos de mon âme...
Pour que tu les entendes ... 




20:35 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

06/10/2005

Attente



Le brouillard me glace de l'intérieur,
l'approche du froid, avec ses myriades de symboles, m'angoisse...
A peine, finies les journées ensoleillées,
ce besoin intense d'être réchauffée, cette chaleur telle une protection...
qui me recouvrirait d'un souffle...
un regard, un mot suffirait
pour me faire espérer, revivre, me donner, aimer...
J'attends... je ne sais trop quoi, les mots ne peuvent l'exprimer en cet instant...
Seules des ondes nouvelles viennent me perturber...
Je ne sais ce qu'elles sont,
je n'arrive pas à les identifier... étrangères, inconnues...
 
J'attends... une réponse à des questions que je n'arrive pas à formuler...




Pourquoi tous ces "je ne sais pas, je n'arrive pas.."

Aide moi à comprendre







23:57 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

 

 
 
Who said there are no winners or loosers in Love ?

11:32 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

suite... et fin


J'aurais tant aimé me tromper.... Mais tes larmes ont coulé....
 
Tu as compris, ce soir, trop tard....

00:10 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

05/10/2005

A ma fille

Dans l'entêtement de ton jeune âge,
tu n'as rien voulu entendre...
Des mois durant, tu as mis à l'épreuve, violement,
cruellement souvent, le coeur de celui qui se donnait à toi
pleinement, sans concession...
sans jamais un seul mot de reproche, il a tout supporté,
raccrochant son espoir à quelques mots de toi, cherchant désespérément
une once de douceur, qui donnait l'illlusion qu'il fallait continuer
à se battre pour ton amour...
Dans l'inconscience de ton jeune âge,
tu as joué avec ses sentiments, tu as déchiré ses émotions,
tu as blessé son coeur jusqu'à la limite du supportable...
ses vagues de détresse, il te les a cachées,
ses crises de larmes incontrôlables, il les a occultées.
Dans sa délicatesse infinie et son souci
de t'éviter de ressentir la moindre culpabilité,
son coeur a saigné en silence...
plutôt que de choisir le réconfort des mots,
Dans la folie de ton jeune âge,
tu n'as pas entrevu dans son regard tendre posé sur toi
la profondeur d'un amour unique,
bercé par les vers de Pablo Neruda,
Dans l'ignorance de ton jeune âge,
tu n'as pas su voir avec les yeux du coeur,
que celui qui s'abandonnait jusqu'à son âme,
était de ceux que l'on ne rencontre qu'une fois dans sa vie...
de ceux qui discernent dans l'illusions des apparences
l'essentiel de l'existence...
 
Ce soir, tu comprendras, et ce sera toi alors
qui seras la proie d'une des plus grandes souffrances de l'âme,
celle du chagrin d'amour...
 
Je serai là pour te serrer contre moi,
moi, témoin impuissant de ta douleur....

18:17 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

04/10/2005

 

 

 

L'enfer, c'est de ne plus aimer.
Bernanos (Georges)



Je me demande encore ce qui m'a pris de choisir cettre citation... En fait, je la déteste, elle me fait peur... Peut-être parce qu'elle renvoie à la mort, car vivre n'a plus aucun sens si l'amour est inexistant, mais dans les deux sens .... aimer et être aimé(e)...

16:00 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/09/2005

Rêve...



 
Qu'il est bon de rêver...
 
Hors du temps et de l'espace,
univers sans limites,
qu'il est bon de s'abandonner à la volonté de l'esprit libéré,
d'emprisonner à l'abri de ses paupières
les images baignées de lumière,
irradiant de ses ondes bienfaisantes chaque parcelle de son être,
de n'avoir aucune crainte de ces silhouettes floues aux visages inconnus,
que l'on sent protectrices et qui rendent  muettes tristesse et mélancolie,
Qu'il est bon de se laisser pénétrer par leur language sans mots,
que pourtant l'on comprend,
et suivre leur sillage jusqu'aux rivages de la
sérénité.....

14:22 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

27/09/2005

Illusions


 
j'ai espéré ces derniers jours, que le soleil, par ses caresses, me redonne un élan de gaitée,
j'ai eu l'envie de me sentir appartenir à ce monde qui m'entoure,
j'ai puisé dans vos écrits votre force de vie, votre humour parfois fâce aux douleurs,
j'ai dessiné dans mon esprit un chemin parsemé de fleurs et de senteurs de miel,
j'en ai écarté les lourdes pierres glaciales qui le bordaient, arraché chaque ronce,
abattu des arbres trop hauts qui hâppaient la lumière,
 
j'ai voulu voir le bleu du ciel si limpide, que mes yeux soient à nouveau émerveillés,
j'ai écouté les rires d'enfants, la musique entraînante,
j'ai désiré l'harmonie,
j'ai souhaité que mon coeur soit inondé d'espoir, d'insousciance et de légereté,
 
je me suis relevée...
 
mais, des mots mont coupé dans ma chair et mon âme...
 
et avec eux, une prison sans porte s'est dressée.....
 
 
 
 
 
 


19:20 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

22/09/2005

 night...




 

Night has come, at last...

Take me on your wings and let me fly far away...

In my dreams, where I can meet you...

Where i can find the beauty of your soul...

And loose myself in the depth of your eyes...

Where there is no come back to reality...

Where time can be stopped for ever...

Protecting me from being lost and lonely...

Take me in your wings...

Close them all around me, my spirit and my body...

Chase away my pain...

I wish night would never end...

 

 

 



22:18 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

19/09/2005

mon fils, mon enfant

Tu es revenu, serein, apaisé,
l'esprit encore tout submergé des images de ton voyage,
tu es bien, je le sens...
 
au moment où sans doute je t'adressais une lettre,
tu m'en écrivais une, de la-bàs, loin,
j'ai dû refouler mes larmes en la lisant,
 
mon coeur battait vite, je luttais pour respirer,
mon fils, mon enfant,
tu me disais ta souffrance de ces années
où toi et moi avons eu tant de mal à nous rencontrer,
où l'amour s'est parfois transformé en haine...
 
tu me disais tes regrets, tes espoirs,
tu me disais enfin que tu m'aimes
que tu voulais me serrer fort dans tes bras
 
tu me demandais pardon...
 
mais je sais, que mon amour pour toi est intact,
mon fils, mon enfant,
et que les erreurs que jai commises au nom de l'amour
me hantent
que je ne peux me pardonner
 
et que là est le noeud qui me serre la gorge et le coeur
 
pour continuer à vivre, je dois me pardonner...
 
et c'est ce que tu me demandes,
car tu sais que là est ma survie...
 
je dois faire ce long cheminement par amour pour toi..
 
que j'en trouve la force...
 

12:26 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

09/09/2005

 L'inconnu, compagnon de vie








Fragile et vigoureuse à la fois
la nature, mon modèle...
 
Il suffit d'un pas inattentif,
du baton d'un promeneur retournant sans ménagement les amas de feuilles mortes,
et les frêles tentatives de vie s'évanouissent...
pourtant, coûte que coûte, elles seront là, de retour
quand le moment sera venu pour elles de réapparaître..
si fragiles et pourtant si vigoureuses,
dans le cycle de renaissance sans cesse inassouvi...
 
les ceuillir avec délicatesse,
en prendre possession, sans les blesser,
laisser bien en place les racines, indemnes,
permettre qu'elles se redressent vers le soleil... épanouies
 
Si fragile et pourtant si vigoureuse.... moi?
 
aurai-je cette force, cette pulsion de vie....
quand sera venu le moment d'être transplantée là-bas?

où seront alors mes racines?

me tournerai-je vers le soleil ou vers l'ombre ?







00:22 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

03/09/2005

Changes

I'm not supposed to be scared of anything, but i don't know where I am
I wish that I could move but I'm exhausted and nobody understands (how I feel)
I'm trying hard to breathe now but there's no air in my lungs
There's no one here to talk to and the pain inside is making me numb
 
I try to hold this under control
They cant help me 'cause no one knows
 
Now I'm going through changes, changes
God, I feel so frustrated lately
When I get suffocated, save me
Now I'm going through changes, changes
 
I'm feeling weak and weary walking through this world alone
Everything you say, every word of it, cuts me to the bone,
I've got something to say, but now I've got nowhere to turn
It feels like I've been buried underneath all the weight of the world
 
I try to hold this under control
They can't help me 'cause no one knows
 
Now I'm going through changes, changes
God, I feel so frustrated lately
When I get suffocated, save me
Now I'm going through changes, changes
 
I'm blind and shakin'
Bound and breaking
I hope i make it through all these changes
 
Now I'm going through changes, changes
God, I feel so frustrated lately
When I get suffocated, save me
Now I'm falling apart, now I feel it
 
But I'm going through changes, changes
God, I feel so frustrated lately
Anf I get suffocated, I hate this
but I'm going through changes, changes
 
"3 Doors Down"







20:07 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/09/2005

 Partager

J'avais été meurtrie par les tsunamis de décembre, au point d'annuler la fête prévue du 31 décembre; normal, connaissant la région touchée pour y avoir vécu, je me sentais concernée et je pouvais plus qu'imaginer la detresse humaine qui s'ensuivrait... Le monde entier est aussi entré dans une spirale de générosité et d'empathie sans précédent.. Les choses changeraient-elles? l'égoïsme, l'individualisme, avaient-ils vécu leur dernières heures?
Je me mettai à espérer.
 
Pourtant, ces quelques derniers jours m'ont fait douter. Un des cyclones les plus meurtriers de l'histoire vient de toucher le sud des Etat-Unis.. laissant derriere lui désolation et mort... et en regardant les journaux télévisés occidentaux, j'ai remarqué que la rentrée des classes avait relégué les infos sur Katrina à l'arrière plan.
 
Je n'ai pas ressenti l'élan de générosité et de compassion, dont nous avions tous été capables lors des tsunamis... Faut-il penser que la mort, les blessures, l'horreur,  la dévastation, seraient moindre lorsqu'elles touchent la plus grande puissance mondiale?
 
Je me disais aussi, "oh, ils ont les moyens de tout reconstruir, ils n'ont pas besoin de l'aide internationale..." et c'est alors que j'ai vu cette image... pourtant moins spectaculaire que toutes les prises de vue aériennes, et les témoignages des survivants...
 
Ce caddy de supermarché poussé par un vent si puissant que, restant à la surface l'eau, il "roulait" seul, à une vitesse inimaginable.. Cet objet si usuel, symbole de la cosommation et des habitudes de toute une société occidentale, était anéanti, broyé, livré aux éléments... et avec lui le rêve et la vie de milliers de personnes qui nous ressemblent tant..
 
J'ai alors ressenti presque de la honte, celle de ne pas avoir plus tôt ressenti dans mon coeur cet élan de compréhension et de partage, la compassion..
 
Je dédie donc ces quelques lignes à tous ceux qui souffrent en Louisane, Alabama, Mississippi....
 
 


11:55 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

28/08/2005

 Où mes pas me portent.....

                                                                          


 

Comme s'ils n'étaient pas dirigés par ma volonté,

que le hasard des rencontres, des événements, étaient les décideurs,

qu'il est des êtres livrés aux intempéries de la vie,

tels d'infimes grains de sable, sans cesse à la merci du vent,

qu'il soit carresse ou bourrasque,

qu'il construise des dunes aussi hautes que des forteresses,

ou qu'il détruise en une seconde l'oeuvre d'une décénie...

Là où mes pas me portent, j'irai, encore et toujours,

dans l'illusion sans doute que là-bas est mon destin,

au delà de cet océan, au delà de la Cordillère des Andes,

rejoindre les côtes de cet océan au nom si doux de Pacifique....

et chercher, entre ciel et mer, cîmes enneigées et lacs opaques,

la raison de tant de beauté .... qui peut-être donne sens à la vie!



21:57 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

25/08/2005

Mon Fils

Be the change you want to see in the world.
--Mahatma Gandhi


 
Mon fils,
 
Te voilà parti depuis quelques jours déjà
vers ce voyage auquel tu tenais tant.
 
Non que tu n'aies pas déjà connu l'ivresse de la découverte
d'autres cultures et continents...
Mais cette fois, je sais que tu espères trouver dans cette quête
des réponses à des questions qui te hantent depuis bien longtemps.
Enfant, tu voguais entre l'Asie et l'Occident,
te laissant naturellement pénétrer de la réalité de l'autre et de sa différence
tous tes sens étaient en éveil
l'odeur de l'encens et des papiers brulés des temples taoistes
celle du jasmin et des épices dans les temples hindouistes
Dans les églises l'image de Jésus Christ te renvoyait à celle de Bouddha
tout ton être était ouvert à la sérénité des lieux de prière quels qu'ils soient
et ton coeur pur et ta fraicheur resplendissaient sur ton doux visage.
 
Puis, il a fallu s'arracher à cet extrême orient qui nous avait tant faciné et ensorcellé
quitter cet univers féérique de couleurs et de senteurs
oublier le goût de la papaye et du durian
ne plus entendre ces voix aux accents rauques
qui formaient notre quotidien et étaient tel l'air que nous respirions.
 
La déchirure a t'elle été si profonde
que tu as cherché dans les paradis artificiel à retrouver ce passé?
combien de jours et de nuits n'as-tu pas cédé à leurs appels
quel desepoir t'a donc habité si longtemps
pour que tu ne retrouves dans ta nouvelle vie le même émerveillement qu'avant?
 
Mais aujourd'hui, je sais que tu as parcouru un long chemin
semé d'embuches, de doutes et de défis, 
mais je sais aussi, qu'au seuil de devenir un homme,
les expériences déjà nombreuses de ta vie,
ta sensilité, ton intelligence,  et ta recherche sans cesse insatisfaite,
feront de l'être tourmenté que tu es, un homme qui construit son chemin
enfin en paix avec lui-même et les autres.
 
Que ce voyage t'apaise enfin,
 
Reviens

15:32 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

21/08/2005

 Voyages, voyages.........



Pas un instant sans penser à partir, toujours et encore... cette envie, ce besoin de toujours et encore .....changer, recommencer... et ces contrées lointaines qui peut-être ne sont que mirages... quelle direction prendre pour faire face à son destin et avoir le courage d'être soi-même?

"You must stay centered and go to where it all started, and you will find the whys, believe me ...."





21:08 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

20/08/2005

 In between...


Just a little sign for those who love smoking cigares....
 
If one day, they come to visit me here, they will probably recognize themselves. 

All the best of luck to you ~~
 

 







13:41 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

 Sale journée

 

 


Pour tout dire, cette journée a été affreuse=
 

 ... un trop plein
 
trop plein de solitude, trop plein de non dits, trop plein d'espoirs déçus, trop plein de vécu aussi,... peut-être....
 
une superbe lueur pourtant.. "confidences" s'est manifesé de ses vacances et cela m'a fait un plaisir inattendu...
 
je n'arrive pas à mettre de l'ordre dans mes idées;

j'envie tous ceux qui sont capables de faire des messages ciblés, rigoreux presque..
 
j'ai l'impression que je dois tout réapprendre
 
fallait-il cette rencontre pour boulverser ma vie? pour mettre en évidence le manque, le vide que je ne voulais pas voir?
 
Mais quelle rencontre....  une rencontre surréaliste, iréelle, ...
 
c'est pourtant elle qui a fait chavirer ma vie...
 
Peu importe ma vie...

pourtant, ma position de mère et d'épouse, entraine dans cette spirale ceux qui m'entourent et qui me sont chers. 

Le choix; peut-on vraiment choisir, alors que tout semble avoir été tracé, appliqué une bonne fois pour toute.

De quel espace de liberté pouvons nous encore jouir, quand la pression familiale, sociale vous entoure et vous ... dévore?

Choisir, si cela n'est pas simple quand on est jeune et que l'on a "toute la vie devant soi",

choisir devient un privilège, un luxe au cours des années 

et peu à peu vous vous trouvez engoncé dans une sangle qui colle à votre peau...


Ceci s'appele souvent les responsabitiltés "sociales" "familiales"...

Mon choix, mon choix...

Que ces mots semblent illisoires aujourd'hui













01:40 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/08/2005

The answer is blowing in the wind


 



Here I am alone in my house.... for almost 2 years I did not have this experience. I stayed this morning all alone, laying down, with lots of thoughts in my head. So many that my head started to hurt, and my heart too...
I was gone far away, back into an imaginary world where I have been living all these past years, flying from the real world, flying further and further away.

But my body was still here at the same place, in the same world, in the same situation, in this prison which I have been building for the past years, withouht noticing whas was happening...
Until one day, I realized that it might have been too late.........

That I had lived with a lot of intensity, but for the wrong reasons...   


un ange passe..........




15:13 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

18/08/2005

 Confidence pour confidence

Me voici de retour de "vacances" comme on dit. J'ai posté du Chili le message précédent, mais comme il ne me convenait pas, ou que par pudeur j'ai eu des scrupules à envoyer, je l'ai effacé en grande partie.. si bien que ce qui reste n'a pas grand sens.

Là-bas, très loin, je me suis dit qu'il serait inutile de continuer un blog.. Mais, en rentrant, j'ai eu deux messages, dont l'un disait laconiquement "et toi, dans tout ça..." ; j'ai réalisé, qu'une fois de plus, je m'oubliais, qu'une fois de plus je tournais autour du pot.. et j'en ai eu assez, et j'ai décidé de continuer, grace à cette petite question anodine qui m'a fait prendre conscience que je n'avais pas le droit de rester "transparente" comme je l'ai fait depuis si longtemps.

Merci donc à "confidences" et à bientôt...
 



20:15 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/07/2005

Providencia ou Perdition


 

 
 
 
 
Me voici aujourd'hui au Chili; c'est un pays avec lequel j'entetiens depuis un certains nombre de semaines une etrange relation;

Here I am, in this foreign country, almost lost but inhabited by a strange feeling, as if I knew that something important is about to happen here;

 
I feel like these people among the smokes of the geysers; there and not there at the same time...........





04:54 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

03/07/2005

Premiers pas


 
 
Je m'aperçois qu'il n'est pas simple du tout de parler de soi. Sans doute de la pudeur, la peur d'ennuyer, de ne pas être à la hauteur de certains et nombreux blogs que j'ai visités jusqu'à présent, et qui sont parfois surprenants de sincérité et de beauté.
 
Etre son propre sujet, voilà qui me perturbe, car il est de fait que je n'ai jamais eu envie de me mettre en avant. Mais cet effort, car cela en est un, sera sans doute positif, du moins je veux le considérer comme tel aujourd'hui.
 







21:02 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/07/2005

Présentation

Il faut bien commencer par quelque chose, ou plutôt par quelqu'un. Alors pourquoi ne pas rentrer dans le vif du sujet?
 
Me voici, enfin, disons encore, celle qui préfère n'être qu'une silhouette; mais parions que cette silhouette évoluera au cours des semaines à venir.

 
A quand les messages de celles et ceux qui souhaitent en finir avec une image qu'ils pensent à jamais collée à leur peau?
 
Je souhaiterais être accompagnée dans ma "métamorphose" et mon "voyage" en espérant rencontrer des partenaires de parcours.
 



17:02 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |