29/04/2007

réveil

 

japanes light

 

Dans les eaux solitaires, au creux de la rivière,

Un bouquet de prières.

Fragile embarcation

Qui tisse la voix du ciel à celle la lumière.

Dans le rideau de pluie des magnolias en fleurs,

Sereinement serpentent les coulures des rêves.

Peau nacrée de caresses et battements de cils,

Les corps murmurent tout bas l’intime vérité.

Le regard grand ouvert vers le ciel tranquille

Ils sourient silencieux au matin parfumé

Une larme de bonheur accrochée à leurs lèvres.

 

 

16:08 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |