05/02/2007

 

5307188-lg

 

L’écho du silence allonge son ombre froide jusqu’au tréfonds de mon regard

 

Entravée sur la croix de ton absence, sur mes lèvres, la brûlure des mots qui s’enfuient

 

La braise des tourments, impudique, se joue de moi et scelle les lambeaux de souffrance sur ma bouche presque close

 

Et glissent de mes yeux des larmes endolories qui se meurent dans mon cou

 

Dans cet instant perdu qui enserre mon cœur, je respire ton image

 

Elle inonde mon corps

 

Se profile en caresses, délave le glacis de cruelles écorchures

 

J’étreins la douce langueur des soupirs parfumés qui dessinent le solstice écarlate du pays qui s’entrouvre, là, au devant de nos mains

 

Échouée sur les rives des songes éveillés

 

Prise au piège de ton nom

 

Je te cherche pour te dire combien je veux t’aimer

22:06 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |