15/08/2006

Trésors

15 août après 15 août

 

 

Nous ourlions notre enfance en pointillés de rêves

À l’ombre des conifères en lisière de forêt

De nos chasses au trésor dans les sous bois obscurs

Nous avalions le vent en des gorgées de vie

Nos bouches friandes, colorées de mûres sauvages

Caressaient de leurs rires enjoués et limpides

Le silence imposant des géants centenaires

Sur nos jambes rougies par les ronces en friche,

Notre mère lisait, l’œil faussement réprobateur,

L’étendue de notre coupable gourmandise

Et dans une ultime tentative de pardon

Nous lui offrions les trouvailles fortuites

De nos randonnées débridées au travers des fourrés

Une plume bleue de geai, une feuille froissée,

Des bouquets de sureau, des dessins de soleil

Elle nous tendait alors des bergamotes sucrées

Et dans les goûts moelleux au bourgeon de sapin

Je laissais mes yeux aimantés vers l’ailleurs

Déchirer les étoiles à l’orée du sommeil

 

19:34 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

La ligne Elle traçait, petite déjà, de ses doigts une ligne verte à l'ombre des géants de la forêt, cette ligne était invisible mais elle y croyait tellement fort qu'elle, en tous cas, pouvait la voir. Tout le temps, elle aura suivi cette ligne magique qu'elle avait créé, pour voir où celle-ci allait la mener, les yeux rivés vers l'ailleurs, pétillant d'étoiles qui reflétaient uniquement l'éclat de sa propre beauté. Elle avait ce rêve haut dans le ciel, celui de tout le temps se projeter, de poursuivre ce morceau de destinée qui lui manquait...
elle ne se doutait pas alors que c'est elle qui deviendrait le rêve d'un homme, un homme à qui il aura suffit d'une absence marquée pour lui faire dire: "je suis né pour penser à cette femme là"...
toi qui aime tant voyager, tu as aussi le don de partager cette passion et le pouvoir de créer un trajet de ta seule composition...
car à chaque fois que je me plonge dans la pureté de ton regard j'embarque dans un train aux teintes fantasmagoriques qui me montre tout l'univers... ma loi universelle se trouve dans ton regard, elle n'est autre que cette ligne que tu traças toute petite déjà.

Écrit par : Banur | 15/08/2006

Les yeux aimantés nous attirent vers d'autres horizons, d'autres cieux, d'autres rêves. Je suis passé te faire un ptit coucou et j'espère que tu vas bien. Bises

Écrit par : jicé | 16/08/2006

zen attitude magnifique blog! je repasserai te lire plus en détails dès que possible...

Écrit par : jim | 18/08/2006

Nostalgie... Et de lendemains en lendemains
Quand les cieux viraient au crachin
Souviens-toi des jeux de société
De leurs après-midi à satiété

Entrecoupés de bon goûters
Auxquels nos mères de rajouter
Un Y A Bon Banania
Sur nos balcons de pétunias

Quand pointait la moindre éclaircie
La rue recevait garçons et filles
Cache-cache, un deux trois et la marelle
Leur faisait tant la part belle

Y avait pas la télévision
Nous vivions tous d’autres visions
Garçons étaient riches de colorées billes
Filles inventaient entre elles de p’tites familles

Simplicité que ce bon temps
Pourtant c’était il y a pas si longtemps
Dans mon village y a plus marché
Je m’encours vite aujourd’hui au Supermarché…

Acheter bien des choses dont je n’ai nécessité
Sinon j’tomberai dans la morosité
Et ne point trop marcher pour mon aisance
J’oublierai pas d’faire le plein d’essence…

Écrit par : Le fou | 18/08/2006

Bonjour Crys Un bonjour amical et bonne fin de semaine.
Bisous

Écrit par : DUKE | 19/08/2006

Les commentaires sont fermés.