15/06/2006

larme de lune

 

 

 

Le silence s’égrène dans les flétrissures de la nuit

Je suis là, allongée sur les rives de l’aube à la frontière de l’irréel...

 

L’esprit en exil vers ton âme assoupie,

Je viens m’ancrer dans les vagues de tes rêves

Je me fais larme de lune pour glisser jusqu’à la commissure de tes lèvres

Attendant qu'un sourire à peine esquissé me laisse pénétrer en toi,

Que nos corps se confondent et qu'à l’encre rouge de tes veines

Je grave sur les parois de ton cœur les calligrammes pourpres de l’amour… je t’aime

 

Juste un instant perdue dans la nuit

Et ce besoin de toi qui résonne à l'infini sur les falaises nues de mes insomnies

06:17 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Crys Quel est ton secret pour tes comm.Une telle gentillesse une telle douceur.
Une Crys de velours et mille bisous veloutés.

Écrit par : DUKE | 15/06/2006

Hé bien je suis resté quelques jours sans venir te visiter et quel plaisir pour les yeux de lire tes derniers posts. Je te remercie aussi pour ton amtié que je sais sinvère. Bises

Écrit par : jicé | 15/06/2006

Bonjour vous Comme tu me l'as dit si gentiment, c'est vrai qu'en visitant ton blog, je sens comme une affinité de ressentit.
Je reviendrai, on se sent bien chez toi.

Écrit par : Alexandre | 16/06/2006

les mots chantent sous ta plume..
les images s'éclairent d'elles-mêmes,
cadeaux, encore et toujours au pays de tes écrits!!
Belle soirée Cris..

Écrit par : pierre de lune | 16/06/2006

La frontière de l'irréel C'est là que se situent mon monde et mes mots.
L'exil a mauvaise réputation, mais il peut s'avérer avoir un effet bénéfique.
Les falaises de tes insomnies sont la craie de mots dont l'ampleur n'a d'égal le sentiment qu'ils dégagent.
Bonne soirée douce Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 16/06/2006

c'est très... sensuel, j'adore.
l'absence est parfois la pire des présences (Proust) quand on aime
a+
Laurent

Écrit par : laurent | 17/06/2006

Confondus... en l'union sacrée d'une larme de lune, diamant bleu de l'insomnie, expression du manque ricochant sur les parois opaques de la nuit... et d'un baiser ardent de soleil, pluie dorée de l'aube qui invente le plus fantastique des réveils... se perdre alors dans l'écoute de ce récital n'ayant que deux mots magiques pour paroles et se dire, en se frottant les yeux et en déployant son plus beau sourire... moi aussi

Écrit par : Banur | 17/06/2006

Les commentaires sont fermés.