13/02/2006

à la fenêtre

 

 

 

Dans l’embrasure de la fenêtre où tu te tiens

La lumière blanche des flocons tombe en éphémères

Traverse tes cils comme les mailles du filet des rêves

Tes paupières se ferment à ce ciel de poudre

Mais le souffle de l’air charie dans ses courants

La nacelle de verre, berceau de tes pensées

Elles s’en échappent pourtant et viennent

Se déposer en perles humides sur mes lèvres

Touches de rosée au goût de volupté…

 

 

14:41 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Super beau blog Super photos
Bonne journée A+

Écrit par : Charles | 13/02/2006

Les flocons en éphémères J'ai assisté cette nuit à un spectacle d'une beauté qui m'a subjuguée. La lune, les nuages et la neige s'étaient donné rendez-vous. Je n'avais jamais vu une nuit baignée par tant de lumière. Il faisait presqu'aussi clair qu'en plein jour, la lumière de la lune donnant sur la neige qui la reflétait dans les nuages. C'est le genre de moments qui semblent presqu'irréels.
Tes mots résonnent dans mon coeur comme un appel à laisser couler des perles humides quand les mères défont les derniers noeuds du jour.
Bonne fin d'aprem douce Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 13/02/2006

J'aime aussi cette photo... Très tendre ce post. Bisous

Écrit par : jicé | 13/02/2006

Voyage Des flocons qui tombent en éphémères... mais les rêves qu'ils induisent sont loin de l'être...fortes de ce voyage, les pensées s'échappent et vont humecter la lisière de ses prières... là où chaque mot est un désir exaucé, où chaque contact est un espoir qui naît

Écrit par : Banur | 13/02/2006

découverte... bonne soirée

Écrit par : joy | 13/02/2006

Les commentaires sont fermés.