03/02/2006

Origine

 

"… Car les hommes pouvaient fermer les yeux devant la grandeur, devant l'horreur, devant la beauté, et ils pouvaient ne pas prêter l'oreille à des mélodies ou à des paroles enjôleuses. Mais ils ne pouvaient se soustraire à l'odeur. Car l'odeur était soeur de respiration. Elle pénétrait dans les hommes en même temps que celle-ci; ils ne pouvaient se défendre d'elle, s'ils voulaient vivre. Et l'odeur pénétrait directement en eux jusqu'à leur coeur, et elle y décidait catégoriquement de l'inclination et du mépris, du dégoût et du désir, de l'amour et de la haine. Qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le coeur des hommes.

 

Le Parfum, Patrick Süsskind

 

 

 

 

 

Capture

Dans les fils de tes sens

Le musc de la vie

Qui tresse dans tes cheveux

L’empreinte de son parfum

 

Respire

Le language de la peau

Dans ses courbes amoureuses

Où flâne dans l’air humide

L’essence de myrtes vertes

 

Expire

Les souffrances et les peines

Aux senteurs de la cendre

qui consument de leurs braises

Ton ventre rougi à vif

 

 

Etends toi sur le lit de mille fleurs des îles, les yeux clos

Les rayons du soleil ouvriront les corolles des jasmins et des fragipaniers

Dans leur fragrance envoûtante, naissance de la passion,

Laisse s’enivrer ton âme et goûte la vie sourdre

 

 

 

19:58 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Le parfum Je n'ai pas lu ce livre, ni rien de Susskind d'ailleurs.
N'étant pas encore guérie de ma grippe, les odeurs un peu trop prononcées, bonnes ou mauvaises, me tournent sur le coeur.
En ce qui concerne le musc, je trouve cette odeur particulièrement déplaisante.
"Les myrtes embaumaient, presque noirs sous le soleil à son déclin." ("Quo vadis?" - Henryk Sienkiewicz, version Fernand Nathan, infiniment plus poétique que la version livre de poche), ce mot m'évoque inévitablement ce livre que j'adore.
"et goûte la vie sourdre", ce verbe donne un sens tout particulier, empreint de douceur, la vie comme une source d'eau pure qui coulerait lentement et à laquelle chacun pourrait étancher sa soif.
L'image allie force et délicatesse dans un mariage subtil, si j'étais pas malade, je pourrais m'imaginer quelle odeur elle a.
Bonne soirée douce Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 03/02/2006

... Le musc, dans sa substance brute est peut-être désagréable, mais il est utilisé en parfumerie comme fixateur, ou encore note de fond ... De là, se créent des senteurs extraordinaires ... Baudelaire s'enivre souvent au musc d'ailleurs.. Quant aux myrtes, c'est en visitant à Grenade, les jardins de l'Alhambra, que j'ai été subjuguée par leur parfum d'une incroyable délicatesse... (quand les milliers de petites fleurs blanches sont écloses)... Je te souhaite un bon rétablissement...

Écrit par : crysalidea | 03/02/2006

Au delà du jardin Dans le jardin de ces senteurs, même celui qui n'a pas l'odorat très fin, ne peut rester insensible à leur magie, il se laisse alors enivrer, tout en percevant que cela va bien au delà des perceptions olfactives, que dans la douceur du frangipanier, réside le secret d'une passion qu'il ne peut freiner... il se dit alors que cela lui rappele la saison brûlante, celle qui distille le parfum d'été qui se fond dans les eaux merveilleuses...
A très bientôt anthyllide

Écrit par : Banur | 04/02/2006

Il en existe de bien différentes des senteurs à respirer, à sentir....Chaque souffrance, chaque peine est différente...Bon week end. Bisous

Écrit par : jicé | 04/02/2006

Beau ... ... est le texte, mais l'image est superbe.
Bon week-end et bisous.
Yvon.

Écrit par : Yvon | 04/02/2006

bonjour un petit mot en passant et merveilleuse journée a toi

Écrit par : coeurdenfant | 05/02/2006

Le Parfum... j'ai aimé ce livre... tout dans l'histoire ma envoûtée... les images, les lieux et le ton... et en même temps, un certain malaise..
les odeurs, comme les images, font partie d'un souvenir à part entière
Expire...
tes mots sont autant de souffles qu'il est bon de venir cueillir..
A tout bientôt Cris..

Écrit par : pierre de lune | 05/02/2006

et moi... ...qui parlée dernièrement de senteurs dans mon blog..
gros bisous

Écrit par : cocoli | 05/02/2006

Les commentaires sont fermés.