26/01/2006

émois

 

 

 

 

 

 

Je déroule lentement mon chemin vers toi,

Receptacle de mes émois d’ombre et de lumière …

 

De l’échancrure de la caresse

 langoureux déploiement de soi

dans l'alcôve des troubles

 

 

 

 

14:27 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Rouge Tu déroules ton chemin, tel un tapis de velours rouge.
L'alcôve, mot qui résonne comme un mystère, me fait penser aux "Liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos et à l'adaptation cinématographique de Stephen Frears avec Glenn Close, Michelle Pfeiffer, John Malkovich, Keanu Reeves et Uma Thurman (quel casting!). Ce mot dégage le même esprit que ce film.
Bonne aprem douce Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 26/01/2006

Touijours de beaux mots que l'on retrouve chez toi. Bisous

Écrit par : jicé | 26/01/2006

... Kardream... pour moi ce mot a une toute autre connotation... plus un coin secret dans le coeur... merci comme toujours pour tes comm.

Écrit par : crysalidea | 26/01/2006

... Kardream... tu verras que j'ai modifié la photo...je me sens mieux dans celle-ci (mais je saurai à quoi le rouge correspond) , et que j'ai reformulé ma réponse...

Écrit par : crysalidea | 26/01/2006

Devant la porte... de l'autre côté du rideau, à l'autre bout du chemin, le serviteur du réceptacle attend, il se laisse glisser le long du croissant de la caresse des mots, jsuqu'à la porte des secrets, y frappe et attend, alors parfois elle s'ouvre et il devient un roi...

Écrit par : Banur | 27/01/2006

. . . Se pencher sur un lit de marguerites, de roses,
De roseaux, de cyclamens, de ronces, de houx,
Aimer ces parfums comme les siens à la dose
De l’excès, épouser ces formes et ouvrir tout
D’un coup les yeux sur l’être aimé qui glose
A la chaleur de votre amour, comme un tout !

Écrit par : MoToP | 27/01/2006

Max-Louis les parfums qui enivrent les sens, exaltent les sentiments... un lit de fleurs et de senteurs comme témoin de l'amour... merci pour ces mots délicats et parfumés...

Écrit par : crysalidea | 28/01/2006

Les commentaires sont fermés.