17/01/2006

L'entre deux

 

 

 

 

Dans le monde minéral, j’ai touché

 

La surface scarifiée des amants de pierre,

 

Sentinelless figées au regard millénaire

 

Pointé vers l’horizon de l’avenir...

 

Des Silhouettes ancestrales au galbe de sagesse,

 

J’ai caressé les formes de la fécondité.

 

J’ai levé mon visage vers les yeux de granit,

 

J’ai rencontré leur rêve de Pacifique et

 

De géants Moaï aux prunelles de corail.

 

Mais que lire dans les veines de la mémoire du temps,

 

De ces rochers qui parlent de rencontres solaires

 

Dans le fracas des vagues...

 

Une lumière dans la nuit , un soleil qui se lève,

 

La fin d’un long sommeil

 

Et le chaos sourd de mon Coeur emporté

 

Dans l'immuable royaume des dieux pétrifiés...

 

20:24 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

.... Les statues millénaires, défiant le temps, témoins d'un autre âge.
L'image permet de faire un peu partie du voyage. Le soleil qui se lève sur les sculptures de pierre. Cela me fait penser à Rapa Nui avec Jason Scott Lee, ce film qui raconte la guerre que se livrent deux tribus, les Longues Oreilles et les Courtes Oreilles, sur l'Île de Pâques.
Bonne soirée Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 17/01/2006

oui Moai est le nom donné aux immenses monolithes de l'ïle de Pâques... et Rapa Nui signifie Grande Ile ... l'île ne se trouve qu'à quatre heures d'avion du Chili et conserve tout son charme mystérieux...

Écrit par : crysalidea | 17/01/2006

Les larmes du ciel "La surface scarifiée des amants de pierre"... magnifique...comme autant d'incisions sur le parcours de leur idylle figée.
"des silhouettes au galbe de sagesse" ce qui donne une impression sculpturale aux silhouettes en question.
"aux prunelles de corail"... quelle volupté marine dans tes mots
" l'immuable royaume des dieux pétrifiés"... juste allusion aux dieux car que sont-ils? des cadeaux de ceux-ci? remontant à une époque antérieure à la mémoire des Hommes, là bas, au sud des terres de feu, là où le climat n'existe pas, où les montagnes, l'Océan, les déserts et les étendues vertes se côtoient presque sdur la même surface, là où la magie de la nature a peut-être atteint son apogée... était-ce le royaume des Hommes quand ils étaient des dieux, sont-ce eux qui furent pétrifiés dans un souffle éternel? même les scientifiques les plus pointus ou les archéologues ne s'expliquent pas ces merveilles insensées... cependant à travers le léger prisme de tes mots, on peut presque les toucher, voir leurs couleurs se recomposer au soupir du crépuscule, ou aux baillements de l'aube quand aucun profanateur n'a encore souillé ce sol des ces empreintes indignes. Elles n'appartiennent pas au Chili, ni à l'Amérique du Sud, ni à l'humanité mais au sculpteur des cieux.
Merci pour ce petit voyage, si bien mis en forme et à très bientôt anthyllide.

Écrit par : Banur | 17/01/2006

. . . Prose et quatrain pour déclarer mon impuissance devant cette impénétrable beauté de l'oeuvre humaine, à jamais insondable.


Sculpter les parois de son éternité,
L’homme est ce tailleur naturel
De la pierre, un support d’hier,
Qu’aujourd’hui, il parle de néant !

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Mémoire, quand la pierre est muette,
Ton éternité est un bout d’allumette
Qui souffre de l’éphémère, tailladée
Par les signes des humains, égarés !

Écrit par : MoToP | 18/01/2006

Les traces sans doite d'une histoire d'amour......Bisous

Écrit par : jicé | 18/01/2006

coucou juste un bisous en vitesse....xxxxx

Écrit par : cocoli | 18/01/2006

Bonsoir Merci de ta visite sur mon blog et du petit mot laissé.
Chacun d'entre eux est un doux moment de réconfort et d'encouragement.
Pour une fois je peux dire que je serais content d'être un ou deux mois plus âgé et d'avoir cette opération derrière moi.
Encore merci de ton amitié - a bientôt - bisous et bonne soirée

Patrick

Écrit par : chaparal | 18/01/2006

j'aime ce texte!

Écrit par : Gibritte/Animusiques | 18/01/2006

Les commentaires sont fermés.