06/12/2005

désert

 

 

Le désert brille, me lance des appels de feu

Libre de choisir mon chemin

De dessiner sa trace dans le sable brûlant

Comment savoir pourtant s’il va bien de l’avant

S’il ne va pas en ronde

Désert éblouissant, ombre de lumière,

J’erre en quête de repères,

Je déambule aveuglée par son incandescence

Cherchant sans cesse la source de vie, l’eau pure

Qui lavera mes yeux de mes larmes salées

Et tracera de son ruisseau la croisée du destin

Nomade du desert vert, j’implore le vent…

Qu’il assèche le sang de mes blessures,

Qu’il guide mes errances dans le brasier ambré

Désert de mots diffus, je me perds dans mes rêves

Et joue ma vie aux dés...


10:36 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook |

Commentaires

Pour savoir si le chemin va de l'avant, s'il ne va pas en ronde, il faut suivre la course du soleil. Il se couche toujours à l'ouest. Si le soleil se couche à ta droite, c'est que tu vas vers le sud. Tu ne peux pas te tromper, même dans le désert où chaque dune se ressemble et est pourtant unique.
Jouer sa vie aux dés, prendre des risques donc, le plus dangereux étant que les dés soient pipés, auquel cas l'on n'est victime d'un sort dont le chemin nous ramène inévitablement au point de départ. Je ne doute cependant pas que tous les risques aient été calculés et que les dés te porteront chance.
Bonne journée Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 06/12/2005

coucou mon papillion Pour finir (et je l'ai déjà dit à une de vous deux, toi et ma Kardream) c'est vous qui devrais écrire mon livre... (seul problême c'êst sensée être une comédie hihi)
Je t'envoie pleins de mandarines (en douceur....)
Je t'embrasse très fort...

Écrit par : cocoli | 06/12/2005

le désert J'ai écrit mon texte en pensant à toi car sans ton commentaire il n'aurait pas vu le jour.
Le désert, image très forte et très pertinente, en quête de repères dans le désert, alors que tout semble pareil, seuls les habitants de celui ci peuvent en trouver.C'est un chemin bien souvent très long, pour savoir si il conduit vers l'avant, il faut suivre la boussole qui se trouve au fond de toi, parfois cependant il est bon de revenir en arrière mais si la vie ne se passe pas là.
Est ce le vent qui fait couler tes yeux, pourtant remplis de tant ce merveilles que tu as vécues ou bien le sable du désert qui t'empêche de voir ce qu'il y a devant?
J'adore tout simplement la phrase" nomade du désert vert, j'implore le vent..."
Je détourne le vent dans un mouvement désespéré afin que sa seule raison de souffler soit le désir d'assècher tes blessures.
Dabs tout désert se cache une oasis, cherche là encore si il le faut, tu la trouveras, je suis confiant pour toi.
A bientôt anthyllide.

Écrit par : Banur | 06/12/2005

Om pourrais je trouver un tel sésert....Pas trop loin de chez moi si possible... Bisous

Écrit par : jicé | 06/12/2005

Désert... Prends garde, il est souvent source de mirages...

Écrit par : Gaëtan | 06/12/2005

Tu avais mis une chanson de Natalie Imbruglia (On the run) que tu as retirée. Pourquoi? Elle n'était pas en parfaite adéquation avec ce que tu ressens ou veux faire passer?
J'espère que tu vas bien et que tes ailes ne se froissent pas sous le poids de la nuit, que je te souhaite des plus douces Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 06/12/2005

... Le désert à soif de territoire. Il est gargantuesque !
Rien ne l’arrête. Il est comme un trou noir, il avale
Tout à son passage : l’athlétique terre à l’infernal
Humain. S’il est pénétrable, il faut être Barbaresque !

Écrit par : Max-Louis | 06/12/2005

Mes ailes ne se froissent jamais la nuit...
car la nuit n'est pas un poids...
au contraire... un envol...

Écrit par : crysalidea | 07/12/2005

On the Run j'aurais préféré entendre ce texte plutôt que le lire...
j'aime ses mots (oui, où je me trouve) et les notes
du piano complice...
je n'ai malheureusement pas encore trouvé le moyen
de mettre de la musique...

Écrit par : crysalidea | 07/12/2005

Pour la musique tu peux demander à POussière d'Ange. Elle te dira comment faire.
Ne dit-on pas que la nuit tombe? C'est donc qu'elle a bien un poids, non? Chacun ressent les choses à sa manière et si tu ressens la nuit comme un envol c'est que tu as su l'apprivoiser.
Bonne journée Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 07/12/2005

... Qui ne joue pas sa vie au dés ? qui sait ce qu'il se passera après le chemin emprunté ?.... les liens se resserent entre nous un peu pour cela je crois, aucuns de nous ne sait où il va...

Écrit par : L'elfe | 07/12/2005

salut papillion oui, j'ai vecu de l'age de 8 ans à 12 ans en afrique du sud... ces languages etait obligatoire à l'école....je t'embrasse, la groseille verte (pff... j'aurais pas pu trouver autre chose? comme fruit?) rekissous

Écrit par : cocoli | 08/12/2005

Les commentaires sont fermés.