30/11/2005

...


 
Pour la première fois
parler vraiment
chercher les mots
les extirper de ma gorge nouée
vouloir les réprimer
vouloir les adoucir
ne pas faillir
 
Pour la première fois
voir dans tes yeux
les questions nouvelles
que seul ton regard peut exprimer
chercher les mots encore
ils m'écorchent vive

goût de sang dans ma bouche
 
Pour la première fois
ne pas m'enfuir
me tenir droite
chancellante dans mon coeur
chercher les mots
la vision trouble
le corps à vif
 
Pour la première fois, de ma bouche un nouveau chemin s'est dessiné...


22:10 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Ne pas s'enfuir c'est là la clef de tout et c'est une option qui a l'air tellement séduisante parfois qu'il serait tentant d'y céder, mais ce serait entrer dans le jeu de ceux qui n'attendent que ça. Ce serait leur faire trop d'honneur, mais la raison pour ne pas céder ne tient pas là, elle réside dans le fait qu'il se trouve quelque part au fond du coeur l'espoir. Et cet espoir à lui seul peut changer la donne. Les mots qui étaient blessants comme des barbelés deviennent alors de simples murmures sans plus de consistance que le vide.
Le chemin qui se dessine de ta bouche pour la première fois est tracé par l'architecte qu'est ton coeur. Suis-le car c'est le seul chemin qui te mènera à toi.
Très bonne nuit Butterfly, bisous

Écrit par : Kardream | 30/11/2005

Joli Ton petit univers...je reviens de chez mon ami averly ! et je découvre ton coin... accueillant pour les rêveurs sentimentaux....à bientôt

Écrit par : L'elfe | 01/12/2005

To you Juan Pablo I sent you a mail yesterday, telling you that I discoverd
your post from 7th november yesterday only, as I was
reading back some comments on my blog...
No, Juan Pablo, love is not a fight, it is not a war between
two people... but, love brings pain and one of these two suffers
more than the other one... and the one who is left alone, facing
his destiny, sometimes facing emptiness, is the one whose heart
is crashed... no, it is not a question of whose guilt it is, it is sometimes
a matter of situation... and yes, Juan Pablo, everything you said,
I know, you told me yourself in Santiago, do you remember?
Take care of yourself... I have always considered you as a friend
and I know this will continue, Paso lo que Paso...
Hasta luego... mi amigo...

Écrit par : chris | 01/12/2005

... Un tout grand merci pour ton passage et ton commentaire sur belgian blues !
je découvre tes tres beaux textes et ton blog ! j' aime beaucoup je met un lien vers ton blog depuis belgian blues

a tres bientot j' espere averly

Écrit par : averly | 01/12/2005

Les commentaires sont fermés.