18/11/2005

Ombre chinoise

 

Le long de l'immense dune battue par les vents, j’attendrai … J’attendrai de sentir ta silhouette se rapprocher, je distinguerai les lignes mouvantes et encore floues de ton corps dans le clair-obscur…

Enfin, je te verrai marcher dans le vent enivrant… de ton visage sévère et doux à la fois, j’ai juré de ne pas être impressionnée... Car je te sais ombre chinoise… et je saurai…


21:16 Écrit par crysalidea | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Merci d'avoir répondu en toute franchise. C'est aussi quelque chose que j'apprécie, la franchise. Contente de m'être trompée et qu'il n'en soit rien. Je suis touchée de l'attention toute particulière que tu me témoignes.
J'aime ce post-ci tout particulièrement. Il plane un parfum de mystère qui permet de laisser vagabonder l'imagination et d'inventer une infinité de fins possibles, plausibles, farfelues, rocambolesques, insensées, .... qui font que l'imagination n'est pas bridée et c'est quelque chose que j'apprécie énormément.
Bonne soirée et gros bisous pleins de tendresse

Écrit par : Kardream | 18/11/2005

Comme le dit Kardream... Dis-moi
Miss taire
N'as-tu peur face à la mer?
Au loin, si loin, vois-tu la terre Miss?
See you soon
Kiss

Écrit par : Gaëtan | 18/11/2005

Les commentaires sont fermés.